• sandrine vieules rosset

Mieux vivre en prenant soin de soi

Mis à jour : il y a 4 jours

Faire une pause est quelquefois nécessaire pour retrouver son équilibre ou pour le maintenir..



L’effet « cocotte-minute » amplifié par le COVID 19

Ce terme est énormément employé dans la presse depuis le début du confinement : cerveau en surchauffe, personnes sous pression, stress, tout faire à 100 à l’heure….



La pression du confinement & le parent "parfait"

Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il est difficile d’être parent à temps plein, sans aucun relais - école, collège, lycée, centre de loisir…- et aucun échappatoire - club de sport, cinéma, sortie….-

Les changements peuvent être nombreux :

  • «l’école à la maison » et les devoirs - nouvelle activité d'instituteur ou de professeur -

  • la gestion des querelles entre enfants,

  • les tâches ménagères,

  • la gestion des écrans quand ceux-ci sont aussi utilisés pour le travail scolaire,

  • la promiscuité 24 h / 24 - conjoint, enfant, adolescent…-,

  • le télétravail où le travail s’invite à la maison - les collègues sont absents et les limites deviennent plus « poreuses » entre vie personnelle et vie professionnelle -

  • une instabilité économique,

  • le souci des aînés, etc.


Les « bonnes » idées des médias ?

La pression peut augmenter à l'écoute des médias qui relaient de nombreuses idées relatives à cette période :

  • « pour le travail scolaire, il faut que les grands aident les petits »,

  • « c’est l’occasion de regarder des opéras en ligne, visiter des musées virtuellement, lire les classiques, assister à des conférences en ligne… »

  • « proposer aux enfants tout ce qui a été créé pour eux : lumini, Arte, molotov… » pour les détourner de leur console,

  • « conserver un rythme, se coucher tôt… » difficile pour les ados qui commencent leur Houseparty à 22h,

  • « être bienveIllant, dialoguer ... ».


La pression des réseaux sociaux ?

Si, en plus, le parent est connecté aux réseaux sociaux et découvre tous les challenges possibles, il risque de se sentir « nul » s'il ne se lance pas : challenge yoga, méditation, fittness….


Des conditions de vie difficiles et des événements tels que la perte d’un emploi ou un deuil peuvent rendre la période encore plus difficile.


Pour tout cela, la « cocotte-minute » peut monter en pression et risque d’exploser.


Perte d'équilibre

Les repères d'équilibre peuvent être difficile à trouver tant les adaptations demandées sont permanentes.

Les études scientifiques se contre-disent quelquefois et tout peut changer du jour au lendemain.

Les contraintes de vie ainsi que les repères de la société ne cessent d'évoluer.

Repérer la pression

Quelqu'un a dit "la prise de conscience est le premier pas vers la guérison". Elle est sûrement nécessaire au changement.


Les éléments signes que la cocotte-minute est sous pression :

  • Insomnie, sommeil non réparateur,

  • Pensées négatives, obsédantes, ruminations mentales,

  • Angoisses, stress, anxiété,

  • Forte émotivité, émotions débordantes,

  • Enervement, explosion de colère,

  • Fatigue, perte de vitalité, manque d’entrain….

Ces symptômes doivent être pris en compte quand ils s’installent dans le temps.

S'ils sont nombreux et invalidants, il est important d'appeler son médecin traitant ou le numéro vert 0 800 130 000 en période de COVID 19.

Autrement, chacun pourra évaluer s'il a besoin de se faire aider ou pas pour évacuer la pression.


Comment évacuer la pression ?


Essayer de faire une pause pour prendre soin de soi

Une idée serait d’arrêter de s'occuper essentiellement des autres et de sortir de certains automatismes.


Etre bienveillant envers soi-même - cf. BLOG au sujet de l'auto compassion -

Des études montrent que l'on est plus facilement bienveillant envers les autres qu'envers soi-même. On a même généralement tendance à être insatisfait de ce que l'on est, en comparaison avec "plus beau, plus riche, plus talentueux....".


Prendre conscience de l'auto-critique

Il semblerait important de diminuer voire d'arrêter l'auto-critique, et, en parallèle, commencer à se féliciter, même pour des petites choses, même si cela peut paraitre un peu artificiel au début.


Des idées pour décompresser & le Flow

Chacun a ses propres idées pour décompresser et se déconnecter :

• appeler un ami,

• regarder un film - même si il est jugé niais ou inintéressant par "les autres" -,

• lire - ce dont j’ai envie, des livres "feel good" -,

• écouter une émission de radio,

• faire une sieste,

• aller se promener..

Certaines activités semblent d'autant plus bénéfiques que l'on est dans l'état de flow.

Le flow est un état dans lequel on est en totale immersion dans l'activité choisie - sur un « petit nuage », un moment de facilité, de calme, de plaisir, concentré sans effort....

Certains se ressourcent en écoutant de la musique, d'autres en cousant ou bricolant.

Ces activités sont personnelles.


Etre accompagné ou pas

Quelquefois, on peut ressentir le besoin d'être accompagné pour un changement.

Il existe de nombreuses approches qui varient en fonction des cultures et des pays.

En général, elles développent progressivement l'autonomie.

• Expérimenter des approches et choisir celle qui nous convient semble important.

• Eventuellement, expérimenter la même technique avec une ou deux personnes différentes peut aussi être bénéfique.

• Dans toute approche il est important de se sentir en confiance.


Les approches proposées au cabinet ou par skype

• des techniques de respiration dont la redécouverte de la respiration complète ou naturelle,

• de la relaxation : le Training autogène de Shultz, la méthode Vittoz, la Relaxation coréenne...

• la sophrologie,

• des TAC - ou hypnose clinique -

• l'EFT...


Le confinement libérateur pour certains

Bien sûr et heureusement, l’effet « cocotte-minute » ne touche pas tout le monde.

Certains personnes apprécient le confinement et y trouvent un certain bien-être :

• des "phobiques" soulagés de ne plus avoir à sortir à l’extérieur,

• quelques collégiens ou lycéens, n'ayant plus à aller au collège ou au lycée, ont un déclic et se mettent au travail -

• des célibataires disent trouver un répit dans cette période...





Le Cabinet de Sophrologie est situé 168 rue des Allobroges à Sallanches (74700).

Il est à proximité du Centre médical des Allobroges et de la Boulangerie de La Vallée - Jérome Leseve. Il n’est pas du coté de l’entrée principale de l’Ecole Jules Ferry mais du coté de l’entrée de l’Ecole maternelle Jules Ferry.